Jun 25, 2013

Etat des lieux sur les pratiques du RSE en Afrique du Nord

Sustainable Square Consultancy and Think Tank est un cabinet de conseil localisé à Dubai spécialisé dans les pratiques du Responsabilité et Soutenabilité des Entreprise (RSE), vient de rendre public son rapport d’état des lieux sur les pratiques RSE en Afrique du Nord précisément (Algérie, Maroc et Tunisie) suite à une enquête conduite auprès d’un échantillon représentatif des grandes entreprises industrielles, tous secteurs confondus, et valider par des experts en la matière de chacun des trois pays.

Le cabinet offre des services adaptés aux besoins du marché Arabe et aide à la création d’un benchmark de RSE au niveau régional en investissant dans la recherche, le savoir-faire et l’identification de produits et dernières pratiques ainsi qu’en innovant de nouvelles solutions pour faire face aux défis du marché du développement durable.

Ce rapport est réparti sur 4 parties à savoir en premier lieu, une introduction composée de l’équipe de recherche, un point sur l’enquête, l’échantillon et la méthodologie de sa réalisation. La deuxième partie présente la définition, la terminologie et les avantages de la RSE . La troisième partie plus concrète présente et analyse la situation de la RSE face aux « Cultures et Gouvernances », »Communauté et Société », « Milieu de Travail », « Opérations et Marché » et finalement « l’Environnement ». La dernière partie du rapport étale la synthèse de l’enquête.

RSE vs environnement

Les enjeux environnementaux sont souvent les premiers auxquels on pense lorsque l’on parle de développement durable. L’enjeu environnemental de la RSE a pour objectif de mettre en œuvre des actions au quotidien pour réduire le gaspillage, limiter la pollution, économiser les ressources… afin de les préserver pour maintenirla vie sur Terre. L’analyse de ces résultats montre que les entreprises donnent plus de priorité à la gestion de l’énergie en moyenne 28% du totale d’investissement, suivi par la gestion des ressources et des déchets soit une moyenne de 24.7% du total d’investissement.

L’analyse nous montre aussi que les entreprises ne donnent pas d’importance quant à la communication de leurs états environnementaux, soit 5% en moyenne par rapport au total d’investissement environnemental. Certains dirigeants ont déjà annoncés des objectifs ambitieux de réduction d’émissions de gaz à effet de serre pour leurs entreprises. Cependant, la difficulté pour eux réside dans le choix des actions à entreprendre ainsi que les techniques de révélation à suivre.

La gestion de l’émission du carbone reste une pratique faible, soit la moyenne de 9.7%. Ceci implique un développement des installations techniques en utilisant l’énergie renouvelable et une amélioration des installations actuelles en augmentant l’efficacité énergétique. L’analyse montre que la gestion de l’émission du carbone est un peu plus pratiquée en Algérie soit 16% contrairement aux deux autre pays. Ceci s’explique par la nature du tissu industriel qui est composée principalement par des entreprises pétrolières et chimiques.
Développement du patrimoine local et le support aux personnes ayant des besoins spécifiques.

Les résultats ont aussi montrés qu’il n’y’a pas assez d’intérêt quant à l’investissement au développement du patrimoine local et le support aux personnes ayant des besoins spécifiques (soit respectivement la moyenne de 4.3% et 6.33% du total de l’investissement social), la promotion de la diversité et des droits de l’homme (soit 11.3% du total l’investissement au milieu du travail), l’amélioration des relations avec les fournisseurs et l’attraction des investisseurs (soit respectivement la moyenne de 14.66% et 7.66% du total de l’investissement sur le marché et les opérations), la réduction de l’empreinte carbone et la communication des états environnementaux (soit respectivement la moyenne de 9.7% et 5% du total d‘investissement en environnement). Malgré les efforts déployés par les entreprises pour communiquer, sensibiliser, et former leurs salariés aux politiques de RSE qu’elles mettent en place et les engagent dans des activités de bénévolats, ces pratiques semblent être encore floues aux yeux des salariés. (Taux d’application de 33%).

SYNTHESE

Les dirigeants d’entreprises sont de plus en plus conscients des responsabilités qu’ils doivent assumer concernant l’impact de leurs décisions et de leurs activités sur l’environnement et le changement climatique. Les mesures d’économie d’énergie (28% du total d‘investissement en environnement), la réduction des déchets ou bien le recyclage des matériaux (24.7% du total d‘investissement en environnement) vont tous dans le sens d’une éco-efficacité source de rentabilité des entreprises en Afrique du Nord. Malgré cela, la gestion de l’émission du carbone reste une pratique faible, soit la moyenne de 9.7% suivi par la communication des états environnementaux, soit 5% en moyenne par rapport au total d’investissement environnemental.

Lien du Rapport: http://resources.sustainablesquare.com/RSE_AfriqueDuNord_Juin.pdf